L'atelier: le prisme des droits humains

10 April, 2018

En tant que pays occidental, le Canada semble montrer au reste du monde qu'il n'y a pas de problématique de violation de droits humains sur son territoire. Mais alors, pourquoi est-ce que plusieurs communautés autochtones n'ont toujours pas un accès adéquat à l'eau potable ? Ou bien, pourquoi est-ce que la responsabilité des entreprises au sujet des violations des droits humains manque encore toujours dans plusieurs endroits ? Et nous ne pouvons pas oublier la grave augmentation des crimes haineux contre les personnes arabes, d'Asie du Sud, d'Asie de l'Ouest, africaines, musulmanes, juives et LGBTQ au cours des dernières années.

En tant que Canadiennes et Canadiens, nous continuons d'ignorer les injustices commises dans notre propre pays et dans nos communautés. C'est pourquoi, en tant que jeunes, nous croyons qu'il est essentiel qu'on nous enseigne le « prisme des droits humains » pour nous ouvrir les yeux et aborder ces enjeux.

Pour y arriver, la « Victoria Immigrant and Refugee Centre Society » a organisé un atelier éducationnel pour que les jeunes puissent apprendre que qu'est le « prisme des droits humains ». Notre objectif principal était de renforcer les capacités des autres jeunes qui veulent créer des changements dans leur communauté et inspirer les autres autour d'eux.

Bien que ce ne soit pas une définition stricte, nous définissons le prisme des droits humains comme des lunettes qui nous aident à avoir de la compassion, d'agir contre des injustices et de rester impliqué-e et pro-active et pro-actif. Nos points principaux sont les suivants:

- Reconnaître qu'il y a un éléphant dans la pièce (droits humains)

- Apporter votre passion à vos campagnes

- Être le plus universel-le possible

- S'éduquer sur les problématiques de droits humains actuelles dans votre communauté. Prendre action pour décoloniser, détruire les biais et briser les préjudices.

- Comprendre les limites: comprendre que nous sommes nos propres privilèges et ce que nous pouvons y faire.

- Respecter ce qui est sacré: respecter les terres autochtones, les diverses langues et pratiques, telles que la méditation ou la prière qui importe à celles et ceux participant à vos évènements.

- Téléjournal: Aborder la question des violations des droits humains qui prennent place dans votre communauté et dans le monde.

Bien que certains des points ci-haut semblent simples, nous croyons qu'ils représentent une première étape pour les jeunes qui souhaitent adopter le « prisme des droits humains » dans leur vie quotidienne. Grâce aux commentaires des participantes et participants, nous croyons que nous avons atteint notre objectif d'inspirer les jeunes à prendre action, hourra!

Nous avons aussi créé un livret condensé du guide Parlons Droits, en y incluant des activités, un glossaire, les étapes de l'organisation d'un évènement, des ressources et plus encore. Si vous souhaitez y avoir accès, envoyez un courriel à victoriayouthactionproject@gmail.com